La correction des travaux de recherche fait partie intégrante du métier d’enseignant. Qu’il s’agisse d’un rapport de stage, d’un mémoire, d’une thèse ou de toute autre copie à corriger, l’intégrité académique a la même importance. En effet, pour éviter le plagiat, chaque contenu dupliqué doit être rendu visible, au minimum, avec des guillemets et l’auteur original.

En tant qu’enseignant, comment réagir quand ces consignes de respect de droit d’auteur ne sont pas respectées dans les copies de vos étudiants ? Que faire, face à une suspicion de plagiat ?

Lever la suspicion de plagiat

Être au clair avec ce qu’est le plagiat : définitions et formes

De manière générale, le plagiat se définit comme l’emprunt d’une idée, d’une citation, d’une image sans que l’auteur initial ne soit mentionné.

L’INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Lyon définit le plagiat de la façon suivante :

👉 « [le plagiat] c’est s’approprier le travail original (œuvre) de quelqu’un d’autre (un extrait de texte ou de discours, une illustration,…) sans le citer ni mentionner les sources,

👉 laisser croire qu’on est l’auteur d’une œuvre qu’on a en fait empruntée à un autre,

👉 omettre de citer correctement les auteurs,

👉 ne pas mettre en évidence les passages empruntés et insérés dans sa propre création. »

 

Le plagiat peut revêtir plusieurs formes : paraphrases sans auteur, utilisation d’images et graphiques non-libres de droit, diaporamas sans source, traductions sans auteur, normes de citations non-respectées, bibliographie mal construite… Retrouvez tous les articles correspondants :

 

 

 

 

 

 

Les normes de citations

 

 

 

 

 

 

 

Apporter les preuves du contenu dupliqué : analyse avec Magister

Pour être sûr que le plagiat est avéré, vous disposez d’un outil puissant : Magister. Le logiciel de détection des similitudes Magister vous présente le contenu dupliqué, qu’il provienne du net ou d’un autre document de votre établissement ou d’un établissement partenaire Compilatio. Cliquez ici pour en savoir plus sur le fonctionnement de l’analyse d’un document avec Magister.

L’analyse d’un document avec Magister vous donne trois informations primordiales, permettant un gain de temps considérable dans la correction d’une copie avec suspicion de plagiat :

👉 Un pourcentage de similitudes

👉 Une liste de sources externes détectées

👉 Une vue face-à-face, pour comparer précisément le texte du document analysé et le texte de la source détectée

 

Vous l’avez compris, Magister ne vous indique pas un taux de plagiat mais un taux de similitudes. En effet, Compilatio ne porte aucun de jugement sur la qualité d’un document : il se contente d’indiquer objectivement un pourcentage global de similitudes. Dès lors, une citation est, à juste titre, identifiée comme un passage « similaire » à une source. C’est au lecteur/correcteur d’affiner ce pourcentage de similitudes pour arriver à un pourcentage de plagiat.

Voulez-vous assister à une Démo gratuite ?

Se questionner sur les sanctions adaptées à la fraude

Se conformer au cadre réglementaire de l’établissement

Le taux de plagiat « acceptable » peut être différent en fonction des établissements, des formations et même des cours ou des travaux demandés. Chaque établissement du secondaire et du supérieur doit avoir un règlement intérieur qui définit son organisation et son fonctionnement. Il définit les droits et les devoirs de chaque membre de la communauté éducative, étudiants et enseignants.

Dans ce règlement, vous devriez trouver la marche à suivre en cas de suspicion de plagiat, ainsi qu’un guide des sanctions.

Par exemple, le Règlement Intérieur de l’Université de Lille définit la procédure en cas de plagiat avéré ou de tentative de fraude.

👉 Dans un premier temps, le responsable de l’épreuve doit rédiger un rapport détaillé de la fraude observée.

👉 Ensuite, il doit le porter « à la connaissance du président de jury, du responsable du bureau des examens ou du responsable de la scolarité qui transmet un rapport au président de jury et au président de l’université (Direction des affaires Juridiques et Institutionnelles) qui peut saisir la juridiction disciplinaire. »

👉 Pour finir, la « section disciplinaire examine les faits, reçoit et interroge le candidat incriminé qui peut se faire assister d’un défenseur, délibère sur les éléments qui lui sont communiqués et décide de la sanction à prendre parmi les sanctions énumérées par le code de l’éducation. »

L’Université de Lille précise « en aucun cas ces situations ne doivent être traitées au niveau de l’enseignant seul ou du président de jury seul. » De plus, les « poursuites disciplinaires n’empêchent pas l’université d’engager parallèlement des poursuites pénales sur le fondement de la loi du 23 Décembre 1901 réprimant les fraudes dans les examens et concours. »

 

Se référer à la direction en cas d’absence de réglementation sur le plagiat

Encore beaucoup d’établissements d’enseignement sont dans le déni et refusent d’admettre que le plagiat est une pratique présente chez leurs étudiants. De ce fait, le cadre réglementaire, concernant le plagiat, est parfois inexistant ou incomplet. Or, c’est bien la communication d’un tel cadre qui permet aux étudiants de comprendre quels comportements adopter.

 

La prévention du plagiat est un élément crucial pour agir en amont. A titre de comparaison, la prévention sur la sécurité routière montre tous ces bénéfices.

« Pour vous expliquer la démarche Compilatio, nous allons la comparer à celle de la sécurité routière. Vous verrez que toutes les 2 se rassemblent autour d’un objectif commun : des comportements responsables. » [Re]découvrez l’article Compilatio « Prévention routière, Prévention plagiat | 1 objectif : des comportements responsables » :

compilatio.net

 

En tant qu’enseignant, demandez à votre direction d’instaurer un règlement relatif au plagiat !  La prochaine fraude d’un étudiant peut devenir une belle opportunité de mettre à jour le cadre réglementaire pour établir un cadre commun, à la fois pour les enseignants et pour les étudiants. 

 

Confronter l’étudiant plagiaire

Dans tous les cas, l’étudiant doit être entendu. Cela sera bénéfique pour lui, pour vous, pour la direction et pour les autres étudiants.

👉 Bénéfique pour lui : L’étudiant doit avoir la possibilité de s’expliquer. Il doit être mis face à ses responsabilités et comprendre pourquoi il est important de respecter les bonnes pratiques de citations et de rédaction.

👉 Bénéfique pour vous, en tant qu’enseignant : Votre direction vous accompagne pour que les examens et les diplômes soient valorisés grâce à l‘intégrité académique. Le choix de la sanction appropriée n’est pas nécessairement de votre ressort.

👉 Bénéfiques pour la direction : L’établissement doit pouvoir comprendre l’intention et la raison de ce plagiat afin de le prévenir et de s’en protéger. Grâce aux cas concrets de fraude, la direction pourra consolider et affiner sa politique de lutte contre le plagiat. A terme, c’est la renommée de l’établissement qui sera préservée.

👉 Bénéfiques pour les autres étudiants : Les autres étudiants doivent comprendre la gravité des faits. Le cas de plagiat sera perçu comme permissif ou dissuasif, en fonction de la sanction retenue.

 

L’audition de l’étudiant a pour objectif de mesurer la gravité des faits :

compilatio. net anti-plagiat

 

Créer une opportunité pédagogique avec un cas de plagiat avéré ou non

Que le plagiat soit avéré ou non, il est important que les enseignants et les étudiants comprennent ce qu’est le plagiat. En alliant pratique, théorie et pédagogie, la sensibilisation au plagiat est un outil puissant pour développer l’intégrité académique.

 

« Quand cela est possible, l’enseignant peut transformer une situation alarmante en une opportunité pédagogique. Alors comment faire ? Le moment est venu d’identifier les possibles causes du plagiat, les raisons qui poussent les étudiants à avoir recours à ces mauvais comportements. Cette compréhension entraîne une prise de conscience et l’ajustement des habitudes pédagogiques afin d’éviter les récidives. » [Re]découvrez l’article Compilatio « Plagiat d’un étudiant : Créer une opportunité pédagogique d’apprentissage » :

Compilatio.net

 

Pour vous accompagner dans la sensibilisation et la prévention du plagiat, plusieurs ressources pédagogiques sont disponibles dans votre boîte à outils Magister (avec un compte Magister) : Charte de prévention du plagiat, guide des sanctions, affiches de prévention… Compilatio propose également des services complémentaires pour tous les établissements : formations, site clé en main anti-plagiat Infoplag et Enquêtes de prévention par exemple.

 


 

Pour conclure, en cas de suspicion de plagiat, la première chose à faire est de s’assurer qu’il s’agit bien de la fraude énoncée. Pour cela, il suffit de se reporter à la définition et apporter les preuves avec le logiciel de détection des similitudes Magister. Dans un deuxième temps, il est nécessaire de se référer au règlement de l’établissement ou à la direction. Ensuite, l’audition de l’étudiant permet de comprendre les circonstances du délit et d’orienter les sanctions. Pour finir, on peut ressortir de cette histoire grandit en créant une opportunité pédagogique de prévention du plagiat. Le but étant de sensibiliser les étudiants au droit d’auteur et à l’intégrité académique.

 


Pour aller plus loin, voici les sources utilisées :

Informations de l’INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Lyon, « Prévenir le plagiat »

Règlement Intérieur de l’Université de Lille

 

Articles Compilatio utilisés dans le texte :

Paraphrase = plagiat ?

Pourquoi utiliser des images et graphiques libres de droits durant les cours ?

Sources dans un diaporama = recommandées ou obligatoires ?

Traduction = plagiat ?

Les normes de citations pour éviter le plagiat

Une bibliographie efficace : oui mais comment ?

Plagiat durant tes études : quelles sont les sanctions ?

Prévention routière, Prévention plagiat | 1 objectif : des comportements responsables

Plagiat d’un étudiant : Créer une opportunité pédagogique d’apprentissage