Contrefaçon artisanale

Nadia réalise des vêtements issus de son imagination pour satisfaire sa clientèle tunisienne. Cette jeune créatrice s’est aperçue, grâce à ses clients,  que ses idées avaient été reprises par un grossiste. Son travail artisanal avait été copié pour être vendu sur Internet.

 « Des créations qui ont nécessité des heures de travail, de dessin, de réflexion, d’essais et de mise au point dans les ateliers, se retrouvent tout simplement copiées et vendues « au détail ou en gros » (…)  alors que Nadia, la créatrice de Rose Madarine a fait le choix de ne travailler qu’avec des petites structures, des artisans et ateliers locaux. Parfois, elle peine même à alimenter sa boutique de La Marsa.
Les personnes qui actuellement vendent ces copies se soucient peu de l’artisanat, ne le respectent pas, elles n’ont pas de respect pour le travail des autres et ce qu’elles font s’appelle tout simplement du vol. »
Extrait de l’article « Quand le plagiat devient monnaie courante en Tunisie : le coup de gueule de Rose Mandarine » du site femmesdetunisie.com

Nadia entend faire valoir ses droits, elle avait déposé ses modèles avant de les vendre. On souhaite que son histoire se termine bien.

Le droit d’auteur encadré par la réforme européenneL'Europe et son drapeau

La réforme a été adoptée ce mardi 26 mars 2019 avec par 348 députés qui ont dit oui (contre 274). Elle prévoit de protéger les droits d’auteurs sur les grands sites web, comme Facebook, Google, Amazon ou YouTube. Les GAFA deviennent responsables en cas de plagiat. 

En effet le droit voisin réclame la rémunération des auteurs propriétaire d’une oeuvre ou d’un article. Il ne s’applique pas pour quelques mots, ni pour de courts extraits, ni encore pour des partages d’hyperliens vers les articles. Les articles sont protégés pendant 2 ans.

Certains défenseurs de la liberté numérique craignent que les remix et les détournements des œuvres ne s’appauvrissent.

« L’eurodéputée Julia Reda (Parti pirate, vice-présidente du groupe des Verts-Alliance libre européenne ), en pointe dans la contestation du texte au Parlement européen, a regretté « un jour sombre pour les libertés numériques ». De son côté, le gouvernement français, qui avait soutenu le texte, a salué par la voix de la ministre des affaires européennes et future tête de liste La République en marche (LRM) aux élections européennes, Nathalie Loiseau, la victoire des « créateurs, des artistes, de la culture européenne (…) contre les lobbies » ».
Extrait de l’article  « La très controversée réforme européenne du droit d’auteur finalement adoptée » du site Le Monde.

Les 28 pays européens ont 2 ans pour faire appliquer ce droit, d’autres pays voisins comme la Suisse devraient suivre le pas également.

« Sont exemptées de l’obligation de filtrer les contenus les entreprises qui rempliraient l’ensemble des trois critères suivants: avoir moins de trois ans d’existence; un chiffre d’affaires de moins de 10 millions d’euros; et avoir un niveau d’audience de moins de cinq millions de visiteurs uniques par mois. Au-delà de ces trois seuils, les entreprises doivent empêcher la réapparition des contenus supprimés et filtrer les mises en ligne en fonction de listes fournies par des ayants-droit. Reste à savoir comment les plateformes vont réagir à la réforme »

Extrait de l’article « La réforme européenne du droit d’auteur franchit une étape décisive » du site lefigaro.fr

L’objectif principal est bien de moderniser le droit d’auteur à l’ère du digital.

L’affaire Gad Elmaleh a fait changer les choses

inspiration ou plagiat

Depuis Internet, il est devenu facile de comparer les images, les chansons, les textes et les sketches. Si le copié-collé est décrié dans le monde musical, il était assez tabou dans la sphère humoristique. Depuis cette affaire les langues se sont déliées et le plagiat humoristique ne fait plus rire personne. La problématique est intéressante : Quelle est la différence entre plagiat et inspiration ?

Désormais les artistes sont plus vigilants à produire un travail authentique de création.

« En France, le sujet est abordé du bout des lèvres. Pourtant, le phénomène n’est ni une nouveauté, ni une spécialité locale: dans des genres très différents, Fernand Raynaud, Michel Leeb, Robin Williams et Amy Schumer ont tous été accusés, à un moment, de « voler des blagues » de confrères, sans que cela mette en péril leur carrière. (…) plus la création humoristique gagne en lettres de noblesse, plus le plagiat est vu négativement. »
Extrait de l’article « L’univers du stand-up en émoi face aux accusations de plagiats » du site actu.orange.fr.