Discours plagié d'un confrère

L‘Association Médicale Mondiale accusée de la plagiat

Lors de son discours d’inauguration, le président perd sa crédibilité en plagiant son confrère canadien.
Il s’excuse en avouant avoir fait appel à des rédacteurs professionnels.

«De nombreux autres éléments du discours ont aussi été copiés de divers sites Web, blogs et articles de presse, sans aucune mention des auteurs»

La demande de démission a été rejetée. L’Agence Médicale Canadienne ne s’est pas sentie soutenue et a perdu confiance. Elle a donc décidé de partir du groupe Mondial.
Le Dr Eidelman s’est excusé lors de l’assemblée générale

Une étudiante plagie la moitié de sa thèse mais obtient son doctorat

La jeune femme étudie les paysages et le développement des territoires. Les membres de la commission de l’Université de Sousse dénonce une grande partie de plagiat dans sa thèse.

Son père et ses amis sont en colère. Ils décident d’harceler l’enseignante qui a découvert la triche. Pour faire taire la polémique, on lui refuse alors d’enseigner une partie de son cours.

Mais l’histoire n’est pas finie, l’étudiante choisit de changer d’université. Son devoir passe inaperçu. Elle obtient alors son doctorat.

Qu’en est-il alors de l’intégrité académique ?

Nouvelle méthode pour avoir une bonne note ? Payer.

Est-ce par peur de mal faire ou par fainéantise que certains étudiants ont recours à des sociétés pour écrire leurs devoirs ?
Certains sites sont très alléchants : ils proposent de rédiger un rapport de stage, un mémoire, un travail de fin d’études, allant même jusqu’à la thèse. Il y a généralement une assistance 24/7. Des résultats rapides. Avec des prix abordables. On promet 0% de plagiat et 0% de paraphrase. Il y a des logiciels anti-plagiat peu scrupuleux qui travaillent en partenariat avec ses entreprises.

 

A qui revient le mérite d’avoir fait ce travail ? Encore une fois, qu’en est-il de l’intégrité académique et de l’éthique ?

Les étudiants sont-ils bien conscients de commettre une réelle fraude et d’obtenir un diplôme qui n’a aucune valeur? Faut-il alors sanctionner ces sociétés ou les étudiants qui en font l’usage ?

Chez Compilatio on préfère sensibiliser pour former des étudiants et futurs adultes responsables. 
Les «moulins à dissertation» fonctionnent bien