Un ancien Président d’Université plagie son livre

Michel Landelle était destiné a un brillant avenir. Après avoir été Président de l’Université Angevine du Temps Libre (UATL), il écrit plusieurs ouvrages dont « Mémoires d’un gentilhomme impertinent » paru en mai 2019. Il souhaitait se présenter à la mairie d’Angers quand la nouvelle est tombée. Son livre est un plagiat de l’ouvrage « Mémoires secrets de Gaston-Jean Baptiste« , paru en 1854. Sur RCF Radio, il déclare « J’ai pris ce manuscrit paru en 1879 et je ne l’ai pas signalé, c’est une maladresse de ma part que je regrette bigrement. J’en ai tiré les conclusions avec mon éditeur, c’est à dire que tous les livres en circulation ont été retirés d’un commun accord avec l’éditeur « .

> Va-t-on lui faire confiance pour ses autres livres ?

Source : « Littérature: Michel Landelle, colistier de Christophe Béchu, adepte du copier-coller« , RCF Radio, 8 janvier 2020

 

L’Université Laval laisse une seconde chance aux plagieurs

L’Université Laval propose de former ses étudiants pour qu’ils comprennent les normes de citations et respectent le droit d’auteurs : « On a insisté sur le fait qu’on a un rôle de formation à faire ».

De plus, c’est une véritable politique de prévention du plagiat qui s’est installée : « L’Université Laval organise depuis deux ans une campagne de sensibilisation sur l’intégrité intellectuelle, afin de bien faire comprendre aux étudiants ce que sont le plagiat et les autres infractions reliées aux études. »

Enfin, les étudiants ont le doit à une seconde chance s’ils sont pris en flagrant délit de plagiat. Le but est de développer la communication et de faire comprendre à l’étudiant pourquoi son action est répréhensible. Les plagieurs peuvent reprendre les cours et n’auront pas de mention d’échec dans leur livret scolaire. Par contre, en cas de récidive, la sanction est appliquée.

> La stratégie anti-plagiat de l’Université Laval : Former, Sensibiliser, Pardonner

Source : « Plagiat à l’Université Laval: davantage d’étudiants s’en tirent sans échec« , de TVANouvelles.ca, décembre 219

 

Le Cégep de Sherbrooke compte plus de 60 cas de plagiat par an

L’établissement souhaite accentuer la prévention plagiat auprès de ses étudiants et enseignants. L’intégrité académique est au cœur de la pédagogie du Cégep Sherbrooke : « Conformément à notre mission d’éducation, on va privilégier la sensibilisation. »

Mais comment punir les étudiants s’ils ne savent pas ce qu’est le plagiat ? Pour cela, il faut définir les règles avant de pouvoir dire qu’on les a enfreintes : « L’institution souhaite informer la communauté étudiante sur le plagiat ainsi que les sanctions prévues. »

Rappelons que chaque établissement est libre d’infliger la peine qui lui semble la plus juste. Le Cégep de Sherbrooke ajuste en fonction de la situation : « les conséquences peuvent aller d’un avertissement à l’avis disciplinaire, de la suspension et ensuite le renvoi en fonction de la gravité des gestes ».

> La stratégie anti-plagiat de ce Cégep : Sensibiliser, Accompagner et Evaluer. Les mêmes que Compilatio.

Source : « 65 cas de plagiat par an démasqués au Cégep », Ledroit.com, septembre 2019

Prévention du plagiat Sensibiliser Accompagner Evaluer