Découvrez ici la dernière newsletter de Michelle Bergadaà Professeur de communication et marketing à l’Université de Genève, depuis 1997 et Présidente de la Fondation pour une Éducation Responsable et Equitable (FERE).

Lettre 57 : 16.09.2014

Chers collègues, chers étudiants, chers lecteurs,

Une nouvelle année commence. Souhaitons qu’elle nous permette d’honorer ce principe de vérité qui constitue le coeur de notre métier de chercheurs et dont la quête exige une éthique sans faille.

Les trois cas soumis aujourd’hui à votre sagacité touchent encore aux fondements de notre système académique. Merci aux collègues qui nous ont permis de les élaborer.

  • Voici le cas d’une personne qui a obtenu un Doctorat en Droit 18 mois après avoir été exclue des universités françaises pour plagiat dans un Doctorat en Gestion. Peut-on conduire deux thèses de doctorat en parallèle, dans deux disciplines différentes, dans deux villes éloignées de 500 kilomètres, cela en travaillant à plein temps dans un pays étranger? Les indices successifs que nous proposons à votre analyse vous étonneront.

  • Le deuxième cas en est un de pédagogie : Touch’pas à mes slides. Chaque mois nous recevons des lettres de collègues choqués parce que leurs cours ont été plagiés. Certes, nous donnons avec générosité notre savoir à nos étudiants ; mais de là à offrir le fruit de notre travail à des collègues sans scrupules… Et vous-même, savez-vous à qui appartiennent vos slides et outils pédagogiques ?

  • Le troisième cas en est un de publication : Pérégrinations éditoriales. Vous y découvrirez qu’il n’y a pas de plagiat, puisqu’il n’y a pas de revue scientifique ; et qu’il n’y a pas de plagieurs, puisqu’ils n’existent pas. Mais un article, lui, a bien été plagié et il circule sans aucun droit sur la toile… via un site piraté.

Mais soyons optimistes !

  • Pour la première fois, un député français s’adresse à l’Assemblée Nationale appelant l’enseignement supérieur à « se doter d’un plan ambitieux de lutte contre le plagiat » (sic).

  • Le CNRS, en France, a publié en juillet «Promouvoir une recherche intègre et responsable». Quelle satisfaction de retrouver le qualificatif de « responsable », pour lequel nous avions opté, il y a 10 ans, en hommage, à Hans Jonas ! Bien sûr le plagiat y trouve sa place et notre site est indiqué en référence.

  • Rappelons ici les sanctions proposées par le Fonds National Suisse (FNS) qui sont semblables à celles du Fonds National de la Recherche (FNR) du Luxembourg dont nous présidons la Commission Intégrité.

  • Notons enfin la journée organisée par l’Académie des Sciences Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, sur le thème «Démarches Scientifiques : Le numérique bouleverse la donne» le 15 octobre prochain. Nous présenterons nos derniers travaux sur le plagiat.

Merci à tous ceux qui contribuent directement à notre site collaboratif et/ou qui diffusent nos lettres et nos analyses dans leurs réseaux et/ou inscrivent des collègues.

Avec mes très cordiales salutations.

Michelle Bergadaà

Professeur

Faculté d’Economie et de Management (GSEM), Université de Genève

Site responsable: responsable.unige.ch